Faute de pouvoir mener des expérimentations en France, les agriculteurs n’ont d’autres choix que d’aller voir les innovations biotechnologiques en Espagne.

30/10/2009

Fin septembre, 250 agriculteurs français ont visité une plateforme OGM à proximité de Saragosse en Espagne. Le constat est toujours le même : l’avenir est riche en nouvelles technologies mais l’agriculteur français ne peut pas choisir, car il n’a pas accès à l’innovation !

A 150 km de Saragosse, un champ de maïs de plusieurs hectares héberge différentes expérimentations menées avec du maïs OGM. Résistance aux insectes, tolérance à l’herbicide Roundup, impact sur le rendement du maïs, « empilement » de plusieurs caractéristiques dans la plante : tels sont les thèmes des études et des évaluations menées sur ce champ qui a reçu toutes les autorisations des autorités espagnoles.

C’est sur cette parcelle que durant 4 jours 300 personnes, essentiellement des agriculteurs du Sud et de l’Ouest de la France, se sont succédées pour découvrir et commenter les innovations biotechnologiques de demain.

Parmi les principaux enseignements, on notera :

  • Roundup est un outil utile pour le désherbage du maïs. Il apporte une flexibilité pour maîtriser les mauvaises herbes tout en préservant le potentiel de rendement. Il peut être de plus associé à de nombreux autres herbicides. Rappelons qu’un désherbage mal conduit peut faire perdre la moitié de la production !

  • Le maïs MON810, interdit à la culture en France, mais parfaitement autorisé en Espagne et dans l’Union Europénne, est le seul OGM connu (car rendu célèbre par nos médias). Mais d’autres cultures OGM, déjà cultivées dans le monde, pourraient être autorisées à la culture en Europe d’ici quelques années : tolérance au Roundup, résistance à la chrysomèle, résistance améliorée aux insectes aériens (grâce à « l’empilement » de plusieurs caractères).

  • Le maïs SmartStax, OGM qui « empile » 8 gènes de tolérance ou de résistance, sera probablement cultivé en 2010 aux Etats-Unis. Il apporte à l’agriculteur une parfaite tranquillité, la plante étant protégée des insectes ravageurs aériens et souterrains et de la concurrence des mauvaises herbes.

Les agriculteurs français ont pu également échanger avec Augustin Marine, président de l’AGPME (Association Générale des Producteurs de Maïs Espagnols) et réaliser qu’en Espagne comme en France, les agriculteurs doivent relever les mêmes défis : produire plus et produire mieux. Produire plus, c’est à terme être capable de nourrir une population mondiale qui s’accroît et dont les besoins alimentaires augmentent en quantité et en qualité. Produire mieux, c’est prendre en compte la limitation des ressources naturelles (eau, sol cultivable, énergies fossiles, engrais etc.). Les cultures OGM font partie de la solution, comme les nouvelles énergies, les techniques agronomiques sans labour, l’irrigation raisonnée, ou les produits de protection des plantes.

Beaucoup de visiteurs ont conclu de la même manière: pourquoi ne pas avoir accès à une technologie qui fait ses preuves sur des millions d’hectares dans le monde ?

Quelques informations sur le maïs Smartstax sont accessibles ici :
http://www.monsanto.fr/actualites/communiques_de_presse/detail_communiques_presse6.asp
http://www.monsanto.fr/actualites/communiques_de_presse/detail_communiques_presse8.asp
Sur produire plus et mieux, vous pouvez consulter :

http://www.monsanto.fr/engagements/nos_engagements.asp