La FAO parle de la menace cachée des mauvaises herbes : 95 milliards de pertes de production alimentaire mondiale

20/08/2009

D´après la FAO, les mauvaises herbes contribuent, parmi de nombreux autres facteurs, aux situations de tension alimentaire ou de famine dans le monde.  Selon le communiqué joint, « des chiffres montrent clairement que les mauvaises herbes devraient être considérées comme ’ l'ennemi naturel n°1 des agriculteurs´.  Selon une grande organisation de recherche environnementale (Land care) de Nouvelle-Zélande, elles sont responsables de quelque 95 milliards de dollars de pertes de production alimentaire à l'échelle mondiale, contre 85 milliards de dollars pour les agents pathogènes, 46 milliards de dollars pour les insectes et 2,4 milliards pour les vertébrés (…) ».  Au cours actuels des denrées, cela représente l´équivalent de « quelque 380 millions de tonnes de blé, ou plus de la moitié de la production attendue en 2009 » qui serait perdu.

C´est extrêmement important pour « les petits exploitants africains [qui] doivent désherber tous les jours, ce qui veut dire qu'une famille ne peut physiquement gérer plus de 1-1,5 hectare», indique un expert.  Le communiqué ajoute que « la lutte intégrée contre les mauvaises herbes demande plus que la simple pulvérisation d'herbicides.  La rotation des cultures est une technique efficace (…)».  Il ajoute qu´une autre méthode importante « est l'utilisation de semences certifiées et de qualité.  Beaucoup des semences produites et utilisées par les agriculteurs sont contaminées par des graines de mauvaises herbes».  Ou alors il faut que les petits exploitants produisant leurs propres semences apprennent à les nettoyer pour ne pas resemer des mauvaises herbes et les multiplier.

Consulter le communiqué de presse du 11 août 2009 sur le site de la FAO  http://www.fao.org/news/story/en/item/29402/icode/.