La sécurité des maïs transgéniques MON810, MON863 et NK603 est réaffirmée

06/01/2010

Le 15 décembre, Monsanto avait pris note d’une publication remettant en cause la sécurité de 3 maïs génétiquement modifiés pour résister aux insectes (MON810 et MON863) ou pour mieux maîtriser les mauvaises herbes (NK603). Voir notre communiqué de presse.

Le Haut Conseil des Biotechnologies (HCB) a indiqué dans son communiqué de presse du 6 janvier que « l’étude de J. Spiroux de Vendômois et al. n’apporte aucun élément scientifique recevable susceptible d’imputer aux trois OGM ré-analysés une quelconque toxicité hématologique, hépatique ou rénale. »

Cette revue scientifique (dont le rapport est disponible ici) par le HCB est pour Monsanto un processus bienvenu car toute donnée supposée nouvelle doit être examinée et éventuellement réintégrée dans l’évaluation du risque. Dans le cas présent, les données de l’équipe de Monsieur Séralini n’apportent donc rien.

Cultivés sur des millions d’hectares dans plusieurs régions du monde, les maïs MON810, MON863 et NK603 ont faire preuve de leur sûreté et contribuent aux objectifs de durabilité de l’agriculture : produire plus en consommant moins de ressources.

NB1 : L’agence officielle d’Australie et Nouvelle-Zélande (Food Standards Australia New Zealand : FSANZ) a également publié un avis sur le même sujet (disponible ici). On peut retenir les extraits suivants qui vont dans le même sens que l’avis du HCB (traduction non officielle) :

« Séralini et ses collaborateurs ont déformé la signification toxicologique de leurs résultats en insistant de manière exagérée sur le traitement statistique des données, et en omettant de prendre en compte d’autres facteurs appropriés. Compter sur les seules statistiques pour déterminer qu’il existe un lien traitement-effet dans de telles études n’est pas le gage d’une analyse toxicologique fiable.(…) FSANZ reste assuré que les différences rapportées dans ces études ne sont liées ni au sexe [des animaux] ni à la dose [d’aliment OGM administré aux animaux] et sont dues seulement aux aléas [expérimentaux] ».

Dans une autre partie de l’avis concernant MON863, FSANZ donne l’opinion que « l’article récent de Séralini et al. ne fournit aucune base nouvelle justifiant la révision des précédentes conclusions [de FSANZ] concernant la sécurité des aliments issus du maïs MON863. L’évaluation menée par FSANZ a conclu que les aliments issus du maïs MON863 sont aussi sûrs et sains que les aliments issus d’autres variétés de maïs commercial ».

NB2 : Le 15 janvier 2010, JB Bergé (INRA) a fait paraître un document titrant que « Les publications de l’équipe du Pr. Séralini démontrent un manquement à l’éthique scientifique ». Cliquez ici pour plus d’information.

NB3 : Le Monde du 9 février a fait une analyse de ce dossier. Accessible ici.