Roundup® aide—t-il l’agriculture de conservation ?

04/08/2011

L’agriculture dite de conservation vise à protéger les sols agricoles en associant divers objectifs agronomiques : couvrir le sol de manière permanente, supprimer le travail mécanique et choisir des rotations de cultures appropriées.

  • La couverture du sol par les cultures elles-mêmes ou par des cultures intermédiaires - appelées aussi couverts végétaux - est un excellent moyen de protéger les sols de l’érosion des pluies et du vent et d’optimiser la gestion des fertilisants, comme l’azote.

  • Par ailleurs, il est important de ne pas laisser les sols nus pendant l’interculture, par exemple entre la récolte d’un blé en juillet et le semis de maïs au printemps suivant. De plus en plus d’agriculteurs français évitent de labourer et certains ne travaillent plus du tout le sol. Outre les importantes économies d’énergie (gas-oil pour la traction de la charrue), Il est évident que cela va en faveur d’une réduction d’émission des gaz à effet de serre. Ces pratiques permettent de préserver et développer la faune, de fixer le carbone dans le sol, et d’y favoriser la vie microbienne.

  • Les rotations de différentes cultures, quand cela est possible économiquement, permettent d’associer divers avantage : fourniture d’azote par les cultures légumineuses (soja, pois, féverole etc), alternance des apports de pesticides pour éviter les résistances.

Récemment, la publication Techniques culturales simplifiées a écrit sur ce sujet. Un article rappelle d’ailleurs que le désherbant glyphosate, matière active de Roundup, joue un rôle très important dans l’agriculture de conservation. L’auteur fait un historique de l’agriculture de conservation en Amérique du nord et rappelle que, dans le cadre de la PAC, le système permet « de comprimer les charges de production ». Il conclut ainsi : « il faut bien reconnaître que c’est bien grâce au glyphosate que des agriculteurs et des techniciens pionniers mettent au point des systèmes agro-écologiques performants, efficaces et innovants (…) ». « Le glyphosate était le pilier du semis direct, il est devenu le filet de sécurité de l’agriculture de conservations. », poursuit-il.


Références
Matthieu Archambeaud. Le glyphosate est-il le 4ème pilier de l’agriculture de conservation ? Techniques culturales simplifiées n°62, Mars-mai 2011, pp 28-30.

Frédéric Thomas. C’est le strip-till qui sonner le déploiement de l’agriculture de conservation en France. Techniques culturales simplifiées, n°62, Mars-mai 2011, page 3.

Pour compléter vos lectures sur l’agriculture durable et de conservation 

Carlos Crovetto Lamarca. Les fondements de l’agriculture durable. Version française, 1999.

Gérard Kafadaroff. Agriculture durable & Nouvelle révolution verte. Le Publieur, 2008.