Pratiques commerciales de Monsanto en Indonésie

Vous avez probablement lu des articles ou des commentaires évoquant des activités douteuses déployées en Indonésie par Monsanto. La vérité est que Monsanto s’est effectivement mal conduit en Indonésie entre 1997 et 2002. Il y a eu, par exemple, une série de paiements illicites ou douteux, d’un montant total de 700 000 $, dont ont bénéficié différents responsables du Gouvernement indonésien au cours de cette période. Ces paiements étaient en partie financés par le biais de ventes non autorisées, fallacieusement documentées et artificiellement gonflées de produits pesticides de Monsanto en Indonésie. Au cours de cette période, les filiales indonésiennes ont impunément violé les conventions, les contrôles et les procédures comptables de Monsanto.

Monsanto a découvert les irrégularités financières de ses filiales indonésiennes en 2001. Monsanto a alors engagé une enquête interne, qui s’est poursuivie à l’appréciation du conseil d’administration. La société a d’elle-même informé l’autorité américaine de régulation (la SEC, Securities and Exchange Commission) et le ministère américain de la Justice (le DOJ, Department of Justice) des résultats de cette enquête et a publié tous les livres et registres recélant les irrégularités commises par les filiales indonésiennes. Les enquêtes ensuite diligentées par le Gouvernement ont révélé l’existence d’un versement de 50 000 $ en faveur d’un responsable indonésien, malversation que notre enquête n’avait pas repérée. Sur la base de ce nouvel élément, Monsanto a actualisé ses informations publiées et a coopéré avec la SEC et le DOJ tout au long de leurs enquêtes.

Il était de la responsabilité de Monsanto de prévenir toute malversation. Nous avons failli dans cette tâche et en assumons toute la responsabilité.

Conformément aux accords conclus avec le DOJ et la SEC, Monsanto a payé une amende de 1,5 million $ pour violations de la Loi sur les pratiques de corruption à l’étranger (FCPA, Foreign Corrupt Practices Act). De plus, nous nous sommes irrévocablement engagés auprès du DOJ à ne plus enfreindre la FCPA. Tous les employés coupables de ces agissements ont été licenciés et nous avons corrigé notre comptabilité concernant ces transactions. Nous avons également mis en œuvre un programme amélioré de Code de déontologie/Intégrité de l’entreprise, qui bénéficie pleinement du soutien de notre conseil et de l’équipe de direction et fait l’objet d’un double contrôle, par audit interne et externe. 

Si vous consultez  la charte de Monsanto, vous pourrez y lire que « l’intégrité est la base de toutes nos actions ». Certes, rien n’est plus facile que d’énoncer de grands principes et nous savons bien que, au final, nous sommes jugés sur nos actes. Conscients que nos actes en Indonésie avait totalement bafoué nos principes, nous nous sommes profondément remis en question suite à ces affaires et, en réponse, avons décidé de façonner par nous-mêmes ce que nous pensons être un programme de bonnes pratiques de conformité FCPA. Nous aimerions que vous ne nous jugiez pas seulement sur la base de ce qui s’est produit dans le passé, mais aussi au vu des engagements que nous avons pris pour préserver et renforcer notre intégrité présente et future.