Monsanto condamne un acte de vandalisme inqualifiable

20/01/2014

Vendredi 17 janvier, environ 80 manifestants ont pénétré illégalement sur le site de Monsanto à Trèbes (11).  Pendant une douzaine d’heures, ils ont saboté des semences destinées à des exploitations agricoles en France et dans d'autres pays, dont des pays en développement. Ayant refusé de quitter les lieux, les manifestants ont été expulsés par les forces spéciales de la police.

Monsanto condamne ce vandalisme inqualifiable.

Les personnes qui ont envahi notre usine de semences à Trèbes ont porté un vrai préjudice au fruit d'années de recherche et de développement, ainsi qu’au travail de milliers d'agriculteurs français qui produisent ces semences. Une telle intrusion est très déstabilisante pour nos collaborateurs, comme ce serait le cas pour n'importe qui. Nous sommes dans une période où la région de Trèbes subit un des plus hauts taux de chômage en France. Il est incroyable de voir des organisations venant d’ailleurs, recruter des activistes afin de perturber la vie de nos collaborateurs et de porter atteinte aux semences produites par  les paysans locaux.

Des membres de l'organisation qui a appelé à l'occupation, les «faucheurs volontaires», ont déjà été condamnés à de fortes amendes pour destruction criminelle de la propriété par la plus haute juridiction française suite à des affaires de ce type. 

L’entreprise Monsanto soutient pleinement ses collaborateurs, qui vivent et travaillent à Trèbes, ainsi que les milliers de paysans qui comptent sur nos semences, mais comptent aussi sur la production elle-même de ces semences. Nos semences aident les agriculteurs à produire plus avec moins de ressources, délivrant ainsi des bénéfices significatifs à la société, alors que la planète va vers les 9 milliards d’habitants en 2050.

En tant qu’entreprise responsable ayant une forte culture de la qualité et de la satisfaction de nos clients, nous nous devons maintenant de corriger les dommages, de vérifier la qualité de nos semences, d’en contrôler la pureté, afin de vendre des produits de qualité aux agriculteurs. 

Entre temps, comme n’importe quelle personne ayant subi un cambriolage, nous avons porté plainte. Nous faisons confiance aux autorités pour poursuivre les saboteurs en justice.

Les manifestants prétendaient protester contre les semences OGM. Comme nous l'avons déjà communiqué il y a quelques années, et les manifestants le savaient donc très bien, nous ne vendons pas de maïs OGM en France et nous n’avons pas l’intention de le faire dans les années à venir. Il n’y a donc pas de maïs OGM dans l’usine de Trèbes.

Nous respectons pleinement le droit de chacun à exprimer ses opinions de manière pacifique, mais l’intrusion sur un site privé et le vandalisme sont des actes criminels. Il n’y a absolument rien de glorieux à détruire la propriété privée et à mener ces actes de sabotage.

Dans un monde qui doit produire plus d’alimentation, il est immoral que des extrémistes sabotent des semences pour des raisons politiques ou de propagande.

Si notre métier de semencier à Trèbes et dans d’autres usines en Europe vous intéresse, vous pouvez consulter cette brochure :

http://www.monsanto.com/global/fr/produits/Documents/d-ou-viennent-nos-semences.pdf

Notre site de production à Trèbes produit des semences conventionnelles de haute performance non seulement pour le marché français mais exporte aussi dans des pays en développement.