Les bénéfices constatés en France

Pourquoi cultiver des OGM en France ?
En France, environ 700 000 à 800 000 hectares de maïs - environ ¼ du maïs français - nécessitent potentiellement un traitement insecticide contre la pyrale et la sésamie qui sont les principaux ravageurs aériens du maïs.

Ces ravageurs sont des papillons (famille des lépidoptères), dont les chenilles se nourrissent des tiges, des feuilles et des grains de maïs. Ils peuvent occasionner jusqu´à 30 à 40% de pertes sur les récoltes selon les années et les localisations. La qualité nutritionnelle du grain peut être également très dégradée, car les blessures et les galeries creusées par les insectes sont autant de portes d´entrée pour les moisissures (champignons appelés fusarium). Ces fusariums synthétisent des mycotoxines qui réduisent la valeur nutritionnelle du grain et sont dangereuses pour les animaux ou les consommateurs. Certaines sont cancérigènes.

Les variétés de maïs MON810 résistantes à la pyrale et à la sésamie, portant la marque YieldGard, sont ainsi des solutions efficaces pour préserver le rendement et la qualité du grain.

En effet,  grâce au gène Bt, issu d´une bactérie naturellement présente dans le sol, les variétés de maïs dotées de la technologie MON810 développent par elles-mêmes la protéine qui les protège contre ces insectes.

Une efficacité économique

Cultivé en France sur plus de 5 000 hectares en 2006 et  22 000 hectares en 2007, le maïs YieldGard a montré son efficacité (source : Orama) :

  • hausse des rendements de 11,5 quintaux par hectare en cas d´infestations moyennes ou fortes
  • diminution de 58 % du taux de mycotoxines dans le grain
  • gain économique net supérieur à 98 € par hectare pour l´agriculteur
  • réduction, voire suppression des passages de pulvérisateurs, avec une baisse de la consommation de carburant et des émissions de CO2 à la parcelle (source : Bt maize crops delivering health, wealth and environmental benefits in Europe)
  • très bonne tenue de tige facilitant la récolte (le pied de maïs ne verse pas)

87 % des agriculteurs français ayant semé du maïs YieldGard en 2006 ont réutilisé la technologie en 2007 (source : Kleffmann France).

Une meilleure qualité sanitaire du grain
Plusieurs travaux de recherche¹ ont montré que le maïs YieldGard contribuait à améliorer la qualité sanitaire du grain de maïs en diminuant les dommages causés par les insectes sur les épis de maïs. Ces insectes peuvent en effet favoriser le développement de moisissures pathogènes (type fusarioses) dont la présence peut présenter un risque pour la santé (production de toxines dangereuses pour l´homme et les animaux soumises à une réglementation européenne).


Un outil supplémentaire dans la protection de l´environnement

Une utilisation raisonnée des insecticides
Selon l´Organisation des Nations Unies pour l´alimentation et l´agriculture (FAO) et l´étude de Graham Brookes & Peter Barfoot (GM crops: global socio-economic and environmental impacts 1996-2007), l'utilisation de cultures transgéniques Bt résistantes aux insectes « contribue à réduire le volume et la fréquence de l'utilisation d'insecticides sur les cultures de maïs, de coton et de soja ».

Moins de labour
Labourer un champ consiste à travailler le sol en profondeur en retournant la terre à l´aide d´une charrue, afin de créer un milieu favorable à la croissance des plantes. Ce type de travail du sol permet notamment l'enfouissement de matières organiques et assure la destruction des mauvaises herbes. En revanche, le labour nuit aux microorganismes utiles du sol et favorise l´érosion du sol, tout en consommant beaucoup de temps et d´énergie.

Plus de biodiversité
Les OGM peuvent protéger la biodiversité de diverses manières :

  • Préserver la faune utile (insectes, petits mammifères, oiseaux tout en luttant contre les ravageurs pour préserver le potentiel des cultures en utilisant les technologies OGM qui sélectionnent leur cible
  • Freiner l´extension des surfaces cultivées au détriment de zones riches en biodiversité (forêts, marais, etc.) en optimisant le rendement sur les surfaces agricoles déjà utilisées.


Bilan énergétique favorable du YieldGard par rapport au maïs conventionnel

  • Un Ecobilan énergétique comparatif a été mené (selon la norme ISO 14040²) en prenant en compte un certain nombre de paramètres, et intégrant « uniquement les différences d´impacts environnementaux entre les deux maïs (…) au stade de la culture » : il s´agit de la fabrication et de la distribution de l´insecticide et des emballages, de l´épandage, et de la récupération et traitement des emballages. l´unité fonctionnelle était définie par la production de 8 500 tonnes de maïs sur 1 000 hectares.
  • Pour 1 000 hectares, le maïs Bt permet d´éviter de dégager 9425 kg de CO2³, et 241342 joules, essentiellement à cause de la fabrication de l´insecticide, de son transport et de son application au champ.
  • En se référant à la surface traitée en insecticide en 1996 (828 000 hectares), cela représente une économie équivalente à 68, 43 et 87 millions de km de voiture4 pour l´énergie primaire totale, l´effet de serre, et l´acidification atmosphérique.

  1. Wu F. Bt corn and impact on mycotoxins. CAB reviews: Perspectives in Agriculture, Veterinary Science, Nutrition and Natural Resources 2007 N°060.
  2. Analyse de cycle de vie, normes internationales ISO 14040, 14041, DIS14002, DIS14043. Les indicateurs d´impact étudiés sont l´épuisement des ressources naturelles non renouvelables, l´énergie primaire totale, l´acidification atmosphérique, et l´effet de serre.
  3. Environ 17 tonnes CO2 par an pour un seul français ! A comparer au secteur agricole français qui dégage environ 110 millions de tonnes de CO2.
  4. Voiture consommant 7litres/100 km.