Le Maïs blanc d’Afrique du Sud

Au printemps 2009, des exploitants agricoles sud-africains se sont plaints de la pollinisation variable de trois hybrides de maïs blanc (pour la consommation humaine) vendus par Monsanto. Les trois hybrides contiennent le double trait Roundup Ready (tolérance à l’herbicide Roundup) et YieldGard (résistance aux insectes ravageurs). Dans certains cas, la pollinisation insuffisante a entraîné une réduction du nombre de grains produits par ces plantes.

Monsanto a rapidement annoncé que la société dédommagerait complètement les fermiers ayant rencontré des problèmes de pollinisation et de rendement, et cela sera fait avant la récolte. Les équipes de Monsanto ont visité ou pris contact avec les 400 agriculteurs qui auraient constaté ce problème. Après investigation de Monsanto en collaboration avec les agriculteurs, il a été conclu qu’ « Environ 75 000 hectares, ce qui représente 25% du total des hectares plantés, ont été touchés par ce manque de pollinisation », selon Kobus Lindeque, Directeur chargé de la région Afrique. Alors que la production de pollen de maïs est très variable, « la pollinisation moyenne dans les champs de maïs est de 90% environ. Ce qui signifie, en moyenne, une réduction de rendement potentielle de 10%, tout en gardant à l’esprit que des parties de champs ont été plus touchées que cela », a déclaré Lindeque.

Les équipes scientifiques ont confirmé néanmoins que les traits biotechnologiques permettent un contrôle efficace des mauvaises herbes et une bonne protection contre les insectes, comme prévu. « Ces traits fonctionnent exactement de la même façon sur tous les champs visités », selon Lindeque.

Pendant la saison de production de semences de 2007, nous avons inversé les lignées mâle et femelle de ces trois hybrides afin d’augmenter le rendement de production de semences. Ce processus d’inversion mâle et femelle est une pratique très courante dans la production de maïs hybride qui existait bien avant le développement des biotechnologies. Dans ce cas particulier, les trois hybrides produits en utilisant cette lignée femelle particulière ont donné une production variable de pollen. Nous avons donc revu la méthode de production de ces trois hybrides et procèderons aux ajustements nécessaires dès la prochaine campagne.

Une variation de pollinisation n’est pas exceptionnelle et peut être influencée par plusieurs facteurs tels que le climat et les pratiques agronomiques. Dans certains cas, comme celui-ci, les méthodes de production des semences peuvent contribuer à une pollinisation plus faible. Kobus Lindeque a déclaré que les hybrides de maïs avec des traits biotechnologiques sont sûrs. Les deux traits présents dans les trois hybrides de maïs blanc ont été scrupuleusement testés en ce qui concerne leur qualité génétique et leur pureté. Il a déclaré que ces trois hybrides répondaient strictement aux standards de qualité de la société. La sécurité du maïs avec un ou plusieurs de ces traits biotechnologiques a été examiné indépendamment et confirmé par les autorités réglementaires d’Europe, d’Asie, d’Amérique du Nord et du Sud. Elles ont toutes conclues que ces produits sont sûrs vis-à-vis de la santé et de l’environnement, avant de délivrer des autorisations de mise sur le marché. Le maïs avec le trait YieldGard est cultivé depuis plus de dix ans an Afrique du Sud. Le maïs avec le trait Roundup Ready y est lui cultivé depuis quatre ans. La prochaine phase de l’enquête impliquera des rencontres entre Monsanto et chacun des agriculteurs concerné par la perte de rendement.