Il n’y a rien de nouveau à attendre de la recherche !

Les chercheurs publics et privés travaillent pour l´avenir au développement de plantes correspondant aux attentes des consommateurs, aux besoins des agriculteurs et au souci de la préservation de la biodiversité.

Outil complémentaire de l´agriculture de demain, les biotechnologies ne sauraient être rejetées par principe alors que les bénéfices actuels sont réels (utilisation raisonnée des pesticides, augmentation des rendements, diminution des mycotoxines - toxines de champignons microscopiques responsables de graves intoxications chez les animaux d´élevage -, contribution à la lutte contre le changement climatique) et les bénéfices potentiels futurs sont très prometteurs.

Certaines de ces innovations, tel le maïs résistant à la sécheresse, devraient être mises sur le marché d´ici 2012 aux Etats-Unis.

Pour l´avenir : des variétés aux bénéfices multiples

  • Cultures tolérantes à la sécheresse permettant de mieux gérer l´eau, et de mieux tolérer les pics de chaleur.
  • Cultures optimisant l´usage de l´azote du sol pour réduire les utilisations d´engrais.
  • Cultures intégrant plusieurs caractères agronomiques en même temps (résistance à plusieurs insectes ravageurs et tolérance à plusieurs herbicides).
  • Plantes améliorées en vue de leur utilisation dans l´industrie des biocarburants.
  • Cultures enrichies nutritionnellement * (en acides gras oméga 3, en acides aminés, etc.).
  • Plantes à haute teneur protéique pour l´alimentation animale.

Ces OGM auront une utilité pour les agricultures des pays développés et des pays en développement (exemple de l´Afrique). Par ailleurs les statistiques de l´ISAAA indiquent que les utilisateurs d´OGM sont pour 90% d´entre eux des petits agriculteurs vivriers de pays en développement.

* Plus d’informations ici.