Erreurs de Consumer Reports au sujet de l'étiquetage du lait

Monsanto‘s Posilac brand dairy product was acquired by Eli Lilly in 2008.  Given the long association of Monsanto with this product – its development, approval and commercialization –relevant articles will continue to be posted on our Web Page. Information on the acquisition by Eli Lilly can be found at

Eli Lilly and Company to Acquire Monsanto's POSILAC Brand Dairy Product and Related Business

Monsanto Company Completes Sale of POSILAC Bovine Somatotropin and Related Business

-----

Dans la partie Point de vue du numéro de juillet 2008 de Consumer Reports, l'auteur a présenté de manière inexacte plusieurs aspects de l'implication de Monsanto dans l'industrie laitière, dont l'étiquetage du lait, la santé des bovins et la santé des consommateurs.
L'article portait sur les efforts des propriétaires de vaches laitières, de Monsanto et d'autres visant à faire adopter une législation relative à l'étiquetage du lait provenant de vaches qui n'ont pas été traitées avec notre produit rBST, Posilac. L'article prétend que ces efforts visent à “interdire aux laiteries d'étiqueter leur lait avec la mention "sans rbGH"” ou à imposer des exigences d'étiquetage qui seraient difficiles à respecter.
Cette description de nos efforts est totalement inexacte. Monsanto ne se bat pas pour empêcher l'étiquetage ou pour compliquer l'étiquetage du lait. Nous ne sommes pas opposés à un étiquetage précis du lait, même lorsqu’il est étiqueté en indiquant que notre produit n'a pas été utilisé. Nous essayons simplement de garantir que, lorsque cet étiquetage est utilisé, il est précis et ne trompe pas les consommateurs ou ne dénigre pas nos produits.
La Food and Drug Administration (FDA) américaine a publié des directives conçues pour garantir que l'étiquetage "sans rBST" n'est pas trompeur. Malheureusement, ces directives ont été largement négligées. Afin d'exploiter des craintes infondées, de nombreux transformateurs de lait utilisent des étiquettes qui suggèrent que le lait des vaches traitées avec rBST est nocif ou en tout cas différent du lait des vaches non traitées. Selon la FDA, ce type d'assertion est faux et trompeur.
C'est la base de nos efforts d'étiquetage. Il s'agit d'une simple question d'honnêteté de l'étiquetage.
De plus, l'article prétend que l'utilisation de rbST augmente l'“infection du pis”, connue sous le nom de mastite, chez les vaches et les concentrations d'IGF-1 chez l'homme. Nos clients qui achètent le Posilac dépendent de la bonne santé de leurs vaches laitières pour vivre et doivent entretenir des troupeaux sains pour la réussite de leur activité. Après un examen approfondi comprenant une étude de 28 troupeaux de vaches sur deux ans, la FDA a conclu que rbST est sûr pour les vaches laitières. De plus, une étude publiée par deux chercheurs de l'université de Cornell montre que les vaches qui reçoivent un complément de rbST restent en aussi bonne santé et sont maintenues dans les troupeaux aussi longtemps que les vaches des troupeaux qui ne reçoivent pas de complément.
Enfin, il n'y a aucune différence entre le lait des vaches recevant un complément de Posilac et le lait des vaches qui n'ont pas reçu de Posilac. L'IGF-1 est présente dans tout le lait et chez tous les êtres humains. L'IGF-1 est une protéine qui favorise la croissance et répare les tissus principaux et est présente naturellement chez l'homme à des concentrations très supérieures à celle du lait de vache. En fait, il faudrait qu'une personne boive 400 verres de 8 onces de lait en une seule journée pour atteindre la quantité sécrétée naturellement dans le corps humain.
L'essentiel est le fait qu'il n'existe aucune preuve scientifique qui indiquerait que le lait des vaches traitées avec rbST devrait avoir un étiquetage différent de celui du lait des vaches non traitées. Cet étiquetage est un simple outil de marketing. On ne peut pas laisser les outils de marketing tromper les consommateurs.